La fin du monde [1899]

La Patrie, 13 novembre 1899

LA FIN DU MONDE

__
ARRIVERA-T-ELLE CET APRES-MIDI ENTRE 2 ET 5 HEURES

__
Les étoiles filantes ne tomberont probablement que demain ou après-midi
__

La prédiction du célèbre prophète Falb s’accomplira-t-elle?

Le monde sera-t-il anéanti et allons-nous tous tomber dans l’infini?

Si la prophétie de Falb se réalise, c’est que la terre sera rencontrée par une comète dont la masse nébuleuse embrasse 1,800 000 kilomètres (comme la comète de 1811), c’est-à-dire deux fois le volume du soleil. Le cataclysme, la conflagration qui se produiraient, peuvent être représentés par l’écoulement sur la terre d’un fleuve de feu d’une masse de deux millions de fois plus grosse que celle de notre planète. C’est entre deux et cinq heures, cet après-midi, qu’arrivera cet épouvantable destruction du genre humain.

Rudolf Falb, à qui l'on doit cette prophétie. Source: Wikipédia

Rudolf Falb, à qui l’on doit cette prophétie. Source: Wikipédia

La perspective est terrifiante, mais de réalisation peu probable. Demain, après-midi, l’année prochaine, dans cent ans, sans doute, la terre continuera à tourner autour de son axe, accordant du bonheur aux uns et des infortunes aux autres, tout comme aujourd’hui. En tout cas, les timorés, les peureux, les natures faibles ont amplement le temps de se préparer pour la catastrophe finale, qui, quoique certaine, pourraient bien se faire attendre encore des millions d’années.

Consolons-nous, les astronomes promettent de nous faire assister à un spectacle d’une grandiose splendeur, peut-être cette nuit, mais certainement dans les nuits de demain et mercredi.

Il parait que la terre passera d’ici à jeudi à travers un essaim de petits astéroïdes qui s’égrèneront dans l’espace, laissant tomber des cascades d’étoiles filantes.

On nous avait assuré que ce phénomène serait visible cette nuit, entre 2 et 4 heures, mais il paraît que la terre est en retard dans sa course et qu’elle manquera au rendez-vous.

A la nuit prochaine donc!

Des milliers de personnes sans doute veilleront demain soir pour voir tomber la pluie d’étoiles. Il n’y aurait pas de feux d’artifices au monde comparables à cette chute mystérieuse d’astéroïdes.

Ceux qui désireront voir le spectacle dans toute sa magnificence, devront se mettre sur un endroit élevé, d’où la vue commandera l’horizon du côté du nord-est, avant minuit. Ils devront localiser le centre de la pluie d’étoiles parmi les étoiles disposées en forme de faucille formant la constellation du Lion. Quand ils auront découvert ce foyer d’où les météores s’élanceront, ils pourront calculer le nombre d’étoiles passant devant leur rayon visuel pendant un temps déterminé.

En déterminant le foyer d’où rayonneront les météores l’observateur devra prendre soin de bien s’assurer de la direction que prendront les étoiles.

Il est intéressant de prendre note des nuances des météores, de leur dimension, de leur vitesse, de leur éclat et du rayonnement qu’ils laisseront au firmament après leur passage.

Le spectacle vaudra la peine d’être observé, et les pluies d’étoiles de 1833 et 1866, ont été si remarquables que nous n’avons aucun motif de nous attendre à un spectacle moins grandiose en 1899.

Billets reliés

Un air de fin du monde [19 juin 1881]

Le dirigeable Von Hindenburg au-dessus de Québec [1er juillet 1936]

Le 1er août 1930, on a pu voir ceci dans le ciel [objet volant identifié]

Une étrange lumière [Lac St-François, 1874]

Le passage de la comète de Halley et les journaux de Sherbrooke, Québec et Montréal [19 mai 1910]

Poursuivons avec le thème des objets volants identifiés amorcé avec le précédent billet.

Le 19 mai 1910 était attendu un visiteur de marque. Pas un premier ministre, un écrivain connu ou une célèbre cantatrice, mais bien la reine des comètes, la comète de Halley. Sa dernière apparition remontait à 1835. Autant dire qu’il s’agit d’une comète que l’on ne voit qu’une fois dans sa vie. Comment les journaux de Sherbrooke, Montréal et Québec ont-il parlé de ce phénomène astronomique?

Dans le Progrès de l’Est de Sherbrooke du 17 mai, une publicité propose aux lecteurs de se préparer à l’arrivée de la comète. Nul doute que plusieurs ont suivi ce sage conseil…

Le Progrès de l'est, 17 mai 1910

L’Action sociale de Québec précise qu’il s’agit du plus important sujet de conversation en ville. Pour voir la comète, on conseille d’aller sur la terrasse Dufferin. On déplore par contre de voir sur la terrasse, tard la nuit, des dames espérant voir la fameuse comète (au foyer, les dames! les hommes, pas de problème!). Dans la livraison du lendemain, L’Action sociale nous rassure:

La comète est venue et la comète s’en va et la terre ne s’en porte pas plus mal ni mieux qu’auparavant. Il n’y a pas eu de collision – il pouvait assez difficilement se produire une collision entre la terre et cette comète, vu que des millions de lieues les séparaient l’une de l’autre- et maintenant que la comète s’éloigne de nous, il n’y a plus raison de redouter les catastrophes que sa rencontre avec la terre aurait pu produire si cette rencontre pouvait avoir lieu. La Patrie, 19 mai 1910.

Le Canada tient lui aussi à rassurer ses lecteurs,  »l’astre chevelu » ne causera aucun dommage. Le journal publie plusieurs dépêches en provenance de New York, Détroit, Cambridge, Chicago et Paris présentant les témoignages de professeurs et des astronomes sur le phénomène.  Les Américains voyaient cette comète comme étant une curiosité alors que  pour certains étrangers,  »non-américanisés », on tient à le préciser, c’est la fin du monde qui s’annonce!

Le Montreal Daily Witness préfère traiter du sujet de façon sensationnaliste. On laisse planer le doute…On l’a échappé belle!

Montreal Daily Witness, 24 mai 1910

Le Quebec chronicle parle peu de la comète, mais soulignons cette publicité du magasin Paquet parue le 19 mai 1910.

Quebec Chronicle, 19 mai 1910

Le Patrie publie le 18 mai en une plusieurs articles sur la comète. Le 19, elle souligne à grands traits l’inexactitude des prédictions des scientifiques, qui avaient annoncé la comète pour le 18. La Patrie avait annoncé que la comète serait visible le lendemain (elle avait raison). Elle en a profité pour se moquer joyeusement des scientifiques grâce à quelques caricatures.

La Patrie, 19 mai 1910

En somme, la majorité des journaux du Canada français ont tenté de rassurer les gens en vulgarisant ce phénomène astronomique. On s’est fait par contre un malin plaisir de rapporter les réactions farfelues suscitées  à travers le monde par le passage de la comète de Halley.

La comète de Halley est revenue nous visiter en 1986.

Bibliographie

L’Action sociale, 18 mai  et 19 mai 1910.

Le Canada, 18 mai  et 19 mai 1910.

Montreal Daily Witness, 17 mai et 24 mai 1910.

La Patrie, 18 mai et 19 mai 1910.

Quebec Chronicle, 18 mai et 19 mai 1910

Billets reliés

Arrestation du Dr Crippen à Pointe-au-Père, auj. Rimouski [31 juillet 1910]

Une visite de Sherbrooke en 1910 en images

Le 1er août 1930, on a pu voir ceci dans le ciel [objet volant identifié]

400 ans de sciences au Québec