Ernest Laliberté et Justine Lessard

Voici quelques notes sur Justine Lessard, mon arrière-grande-tante et son époux, Ernest Laliberté et leurs enfants.

Justine Lessard, la soeur de mon arrière-grand-mère Élise, s’est mariée à Sainte-Justine, Québec, le 12 juillet 1915. L’époux, Ernest Laliberté, a vécu plusieurs années aux États-Unis. Ses parents, Magloire Laliberté et Alphonsine Normand, tous deux natifs du Québec, se sont mariés à Laconia, New Hampshire, le 7 juillet 1884.

Magloire et Alphonsine Laliberté sont revenus au Québec peu après leur mariage et au moins deux enfants, Marie Louise et Elodie, sont nées à Lac-Etchemin (près de Sainte-Justine). Après quelques années à Lac-Etchemin, où plusieurs membres de la famille Laliberté habitaient, Magloire et Alphonsine reprirent le chemin de la Nouvelle-Angleterre et ce sera à Haverhill, Massachusetts, qu’Ernest verra le jour en 1893.

En 1900, ils habitent toujours à Haverhill, Mass, où Magloire exerce la profession de maçon, mais en 1911, selon le recensement canadien, la famille est de retour à Lac-Etchemin.

Donc, en 1915, Ernest épouse Justine. C’est en Nouvelle-Angleterre qu’ils vont passer le restant de leur vie. Justine envoyait parfois à sa soeur des photos illustrant sa vie aux États-Unis.

numérisation0041

Ernest et Laliberté en visite chez un oncle d’Ernest à Laconia, New Hampshire. L’annotation à l’arrière de la photo précise que l’automobile est une Studebaker.

Ernest et Justine vont quitter le Québec, probablement peu après leurs mariage, pour s’établir à Biddeford, Maine, où ils élèveront leurs enfants: Mabel, Rita, Celia, Irène, Frédéric, Roland, Peter et Gérard. À la naissance de Frédéric, le plus vieux de la famille, Ernest est dit « weaver » et dans le recensement américain de 1930, il est dit « farmer ».

Voici quelques informations sur les enfants du couple.

  1. Mabel. Née en 1932 et décédée à Scarborough, ME, le 11 avril 2016. Mariée à Octave Boucher. A travaillé à la Saco Defense et à la Pepperel Mills. Avis de décès.
  2. Rita. Née vers 1926. Mariée à Raynald Morin
  3. Celia. Religieuse, Soeurs de la Présentation de Marie (Sisters of The Presentation of Mary) . Professeure.
  4. Irène (1930-2011). Mariée à Joseph Poisson puis à Larry Constantine. Propriétaire d’un restaurant. (avis de décès)
  5. Roland. Né vers 1929. Militaire. Époux d’Elia ou Ella Morasi. Décédé à San Diego, California, le 2 février 1953, happé par un véhicule alors qu’il changeait une roue sur le bord du chemin. (Source: San Diego Union, 14 décembre 1953).
  6. Peter (Pierre?)
  7. Gérard (Gerry). Né en 1924 et marié à Irène Soucy. Vétéran de la Deuxième Guerre mondiale. A travaillé dans une usine de fabrication de feuilles de métal. Décédé à Las Vegas, Nevada, le 3 janvier 2006. Avis de décès.
  8. Frédéric. Né en 1921 à Lewiston. Décédé dans la même ville le 11 avril 1932.
numérisation0007

Carte postale représentant la famille Laliberté envoyée à ma grand-mère en 1933.

Voici deux des filles de Justine. À droite, il s’agit probablement de Sr Celia Laliberté.

numérisation0012

Sr Celia Laliberté et un de ses soeurs. Années 50?

Ernest Laliberté est décédé à Saco, Maine, le 19 juin 1949 (noyade). Justine est décédée à Biddeford, le 10 août 1984. Ils sont inhumé à Biddeford Find a grave 

 

Un enfant abandonné [Biddeford, Maine, 1928]

La Justice de Biddeford, 6 janvier 1928

« CET ENFANT ABANDONNÉ

La police de Lewiston a retrouvé la mère de l’enfant qui fut abandonné à l’hôpital Ste-Marie au moins d’août dernier.
__

Nos lecteurs se rappelleront sans doute de la mystérieure affaire de Lewiston dont La justice a parlé au mois d’août dernier concernant un enfant qui fut abandonné par sa mère à l’hôpital Ste-Marié.

Voici le rapport que publie le journal français de Lewiston « Le Messager » consernant [sic] cette mystérieuse affaire:

La mystérieure affaire créé [sic] par l’abandon d’un enfant nouveau-né à l’hôpital Ste Marie, au mois d’août, vient d’être éclairci [sic] par la police locale.

La mère a été retrouvée à Lewiston même et avoua sa culpabilité après avoir été identifiée par les infirmières qui prirent soin d’elle durant son séjour à l’hôpital.

Détail curieux, il s’agit d’une fille de Lewiston qui, sans laisser la ville, a pu dépister la police pendant plus de quatre mois.

La malheureuse, qui est Franco-américaine, n’a pas été poursuivie devant les tribunaux parce que la loi du Maine ne pourvoit pas contre une offense du genre. La loi dit qu’il est criminel d’abandonner un enfant et l’exposant à la misère ou à des souffrances, mais dans le cas local le bébé fut laissé sous bons soins.

A la suite d’une entente avec la mère, l’enfant a été placé sous le contrôle de l’Etat et confiée à une bonne famille de Lewiston.

La police ne désire pas dévoiler le nom de la mère, afin d’éviter un scandale inutile et l’affaire est maintenant considérée comme classée.

Nos lecteurs se rappeleront sans doute les détails de cet abandon. Au commencement du mois d’août, une jeune femme se présentait à l’hôpital Ste-Marie et y était reçue sur la recommandation d’un médecin de Lewiston. Elle était enceinte et sur le point d’accoucher. Elle prétendit que son mari était en voyage dans le nord du Maine et mit une petite fille au monde quelques jours plus tard. Au bout d’une dizaine de jours, elle laissait l’institution sous prétexte d’avoir à retirer de l’argent de la banque, et ne reparut plus.

La police, sous la direction du capitaine Picard, fit une longue enquête dans cette affaire. On crut d’abord qu’il s’agissait d’une femme du dehors, mais comme toutes les pistes suivies donnaient un résultat négatif, on fit des recherches à Lewiston. Une jeune femme, depuis longtemps suspecte, fut finalement appréhendée, ces jours derniers et confrontée avec quelques gardes-malades de l’hôpital Ste-Marie. Se voyant reconnue et ne pouvant expliquer son absence de sa famille durant une certaine période correspondant avec la présence de l’inconnue à Ste-Marie, elle s’avoua coupable ».

Billets reliés
Photographies anciennes des francophones de Old Town, Maine

La maladie des sauteurs du Maine

Le KKK et les Franco-américains du Maine [1924]

Le Maine Memory Network: la mémoire des francophones du Maine