Journal Le Peuple, Chaudière-Appalaches (1900-1972)

Vous pouvez maintenant consulter sur le site internet de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BANQ) le journal Le Peuple publié à Montmagny entre 1900 et 1972. Ce journal est un mélange de nouvelles locales (Montmagny), nationales et internationales. On y retrouve aussi des nouvelles des comtés de Dorchester, Bellechasse, Beauce, l’Islet, etc.

Au moment d’écrire ces lignes, les numéros publiés entre 1900 et 1932 peuvent être consultés à l’adresse suivante: http://collections.banq.qc.ca/ark:/52327/4019635

Vue d’Ensemble, Montmagny, Qué. / v. 1903-1934. BANQ http://collections.banq.qc.ca/ark:/52327/2482851

Théodelinde Lessard (1895-1959) 100 mots pour une vie

#généathème

La soeur de mon arrière-grand-mère Elise a reçu un prénom bien particulier à la naissance, un prénom porté par une princesse bavaroise ayant vécu aux VIe et VIIe siècles, Théodelinde de Bavière. Théodelinde Lessard est née à Sainte-Justine (Dorchester, auj. Bellechasse) le 28 décembre 1895 et est décédée au même endroit le 25 juin 1959. C’est dans cette paroisse près de la frontière américaine qu’elle a épousé Davila Tanguay (Ubald Tanguay et Delvina Renaud) le 28 janvier 1914. Ses enfants se prénomment Paschal, Jeanne d’Arc, Charlemagne, Joseph Emile Georges, Marie Judith Rita, Guy, Viateur, Marie Yves Donat, Léo et Justin.

numérisation0005

Je crois que cette photographie nous montre Théodelinde vers 1915. Le jeune homme à côté d’elle reste à identifier. Un de ses frères ou son mari?

numérisation0001

Famille de Davila Tanguay et Théodelinde Lessard, vers 1932. Davila était le cousin de mon arrière-grand-mère Joséphine Tanguay.

 

theod

Carte mortuaire de Théodelinde Lessard

 

Portrait de Sainte-Justine en 1953

Petite contribution à l’histoire locale: j’ai numérisé et mis en ligne sur le site Archive.org une publication intitulée Programme-souvenir de la campagne d’embellissement organisée par la Chambre de commerce de Ste-Justine comté de Dorchester. Elle a été publiée en 1953 à l’occasion du cinquième anniversaire de fondation de la Chambre de commerce de Sainte-Justine. Cette campagne d’embellissement (utilisation de chaux, plantation d’arbustes, etc), s’inscrivait dans les préparations des fêtes du centenaire de la municipalité qui eurent lieu en 1962. Mais de la campagne d’embellissement elle-même, la publication parle peu. C’est surtout l’histoire de Sainte-Justine et sa vie économique qui est mise en avant-plan.

programme

Programme-souvenir de la campagne d’embellissement organisée par la Chambre de commerce de Ste-Justine comté de Dorchester https://archive.org/details/comiteembellissementstejustine

Cette publication contient un court historique de la municipalité ainsi qu’une brève présentation des paroisses environnantes. Vous y verrez quelques photographies montrant les églises ainsi que le centre civique. Quelques documents historiques ont été retranscrits comme par ex. une pétition envoyée au gouvernement pour l’érection de la municipalité signée par nos pionniers.

Ce qui fait le charme de cette publication est la présence de plusieurs annonceurs locaux: le docteur Fontaine, le magasin général de Joseph Sirois, le Cercle des Fermières, le Bon Gîte, la Caisse populaire, plusieurs commerces de Lac-Etchemin, etc.  Il y a aussi des annonceurs de Bellechasse, Dorchester, Beauce et même Québec (Maurice Pollack). Bien sûr, il y a une publicité de Cola-Cola (p. 42) et des petits gâteux Vachon de Sainte-Marie (p.43). On remarque que les numéros de téléphone étaient composés de seulement deux, trois ou quatre chiffres.

À noter que l’avocat Robert Perron de la p.48 est le futur député progressiste-conservateur de Dorchester (1953-1957) et qu’à la page 8, il y a un texte signé par J.-D. Bégin, député de Dorchester et ministre de la Colonisation dans le gouvernement Duplessis.

Que de souvenirs!

Ernest Laliberté et Justine Lessard

Voici quelques notes sur Justine Lessard, mon arrière-grande-tante et son époux, Ernest Laliberté et leurs enfants.

Justine Lessard, la soeur de mon arrière-grand-mère Élise, s’est mariée à Sainte-Justine, Québec, le 12 juillet 1915. L’époux, Ernest Laliberté, a vécu plusieurs années aux États-Unis. Ses parents, Magloire Laliberté et Alphonsine Normand, tous deux natifs du Québec, se sont mariés à Laconia, New Hampshire, le 7 juillet 1884.

Magloire et Alphonsine Laliberté sont revenus au Québec peu après leur mariage et au moins deux enfants, Marie Louise et Elodie, sont nées à Lac-Etchemin (près de Sainte-Justine). Après quelques années à Lac-Etchemin, où plusieurs membres de la famille Laliberté habitaient, Magloire et Alphonsine reprirent le chemin de la Nouvelle-Angleterre et ce sera à Haverhill, Massachusetts, qu’Ernest verra le jour en 1893.

En 1900, ils habitent toujours à Haverhill, Mass, où Magloire exerce la profession de maçon, mais en 1911, selon le recensement canadien, la famille est de retour à Lac-Etchemin.

Donc, en 1915, Ernest épouse Justine. C’est en Nouvelle-Angleterre qu’ils vont passer le restant de leur vie. Justine envoyait parfois à sa soeur des photos illustrant sa vie aux États-Unis.

numérisation0041

Ernest et Laliberté en visite chez un oncle d’Ernest à Laconia, New Hampshire. L’annotation à l’arrière de la photo précise que l’automobile est une Studebaker.

Ernest et Justine vont quitter le Québec, probablement peu après leurs mariage, pour s’établir à Biddeford, Maine, où ils élèveront leurs enfants: Mabel, Rita, Celia, Irène, Frédéric, Roland, Peter et Gérard. À la naissance de Frédéric, le plus vieux de la famille, Ernest est dit « weaver » et dans le recensement américain de 1930, il est dit « farmer ».

Voici quelques informations sur les enfants du couple.

  1. Mabel. Née en 1932 et décédée à Scarborough, ME, le 11 avril 2016. Mariée à Octave Boucher. A travaillé à la Saco Defense et à la Pepperel Mills. Avis de décès.
  2. Rita. Née vers 1926. Mariée à Raynald Morin
  3. Celia. Religieuse, Soeurs de la Présentation de Marie (Sisters of The Presentation of Mary) . Professeure.
  4. Irène (1930-2011). Mariée à Joseph Poisson puis à Larry Constantine. Propriétaire d’un restaurant. (avis de décès)
  5. Roland. Né vers 1929. Militaire. Époux d’Elia ou Ella Morasi. Décédé à San Diego, California, le 2 février 1953, happé par un véhicule alors qu’il changeait une roue sur le bord du chemin. (Source: San Diego Union, 14 décembre 1953).
  6. Peter (Pierre?)
  7. Gérard (Gerry). Né en 1924 et marié à Irène Soucy. Vétéran de la Deuxième Guerre mondiale. A travaillé dans une usine de fabrication de feuilles de métal. Décédé à Las Vegas, Nevada, le 3 janvier 2006. Avis de décès.
  8. Frédéric. Né en 1921 à Lewiston. Décédé dans la même ville le 11 avril 1932.

numérisation0007

Carte postale représentant la famille Laliberté envoyée à ma grand-mère en 1933.

Voici deux des filles de Justine. À droite, il s’agit probablement de Sr Celia Laliberté.

numérisation0012

Sr Celia Laliberté et un de ses soeurs. Années 50?

Ernest Laliberté est décédé à Saco, Maine, le 19 juin 1949 (noyade). Justine est décédée à Biddeford, le 10 août 1984. Ils sont inhumé à Biddeford Find a grave 

 

À la découverte du patrimoine des Etchemins

Tourisme Etchemins vient de mettre en ligne quelques capsules sur le patrimoine de la région. Pour vous situer, la MRC des Etchemins est située près de la Beauce et du Maine. Certains Etcheminois se disent même beaucerons, mais ceci est un autre débat…

Comme je suis native de la région (Sainte-Justine), je vous invite regarder ces capsules, cela vous donnera une bonne idée des attraits touristiques de la région. Ces capsules portent sur le patrimoine littéraire, forestier, artistique, bâti, culinaire (vive le chocolat!), amérindien, musical, paysager, religieux et textile.

Les capsules sont en ligne sur la page Youtube de Tourisme Etchemins

Des Branconnier à Sainte-Justine

Louis Branconnier (Braconnier) et Marguerite Corriveau figurent parmi les pionniers de Sainte-Justine. Ils se sont mariés à Saint-Lazare de Bellechasse le 25 septembre 1860. Leur parcours migratoire est typique de celui de plusieurs Canadiens-français de l’époque.

Louis Branconnier, fils Joseph et d’Henriette Sévin dit Latulippe, est né à Ste-Foy le 15 octobre 1834. Son père étant décédé en 1854 à Sainte-Claire, comté de Bellechasse, sa mère se remarie avec Pierre Quemeneur dit Laflamme dans cette même paroisse le 7 août 1860.

Plusieurs habitants de Sainte-Claire s’établissent à l’époque dans une nouvelle paroisse de colonisation située tout près, Sainte-Justine. C’est là que naîtront la majorité des enfants de Louis Branconnier et de Marguerite Corriveau, soit Joseph (1862), Marie (1864), Louis (1865), Achille (1866), Victoria (1868), Malvina (1871), Napoléon (1874), Anna (1878), Delia, (1880) et Joseph (1881).

Après avoir cultivé la terre pendant une vingtaine d’années, la famille Branconnier va s’établir dans les Cantons-de-l’est, plus précisément à Coaticook. Au moins deux enfants naissent là, soit Henri (1882) et Adélard (1885).

Maintenant, quelle sera la prochaine étape? La Nouvelle-Angleterre, bien sûr! La famille Branconnier  s’établit au New Hampshire à la fin des années 1880. Si on se fit aux recensements et aux actes de mariage des enfants Branconnier, la famille a surtout vécue à  Laconia et à Belmont. Selon le recensement américain de 1900 à Belmont, NH, Louis est « farm laborer » et ses enfants Napoléon et Rosie travaillent dans une usine de textile.

Suivre la trace de la famille Braconnier aux États-Unis n’a pas toujours été facile à cause des variantes dans l’orthographe du nom (Braconier, Brackney, Breckenna). Aucun membre de la famille ne semble être revenu au Canada.

Marguerite Corriveau est décédée à Belmont, New Hampshire, le 28 janvier 1894. Louis Branconnier s’est remarié avec Julie Saint-Laurent (veuve d’Israël Galarneau) à Laconia, NH, le 10 novembre 1894. Il est décédé à Belmont le 24 février 1905.

Fiches de Louis Branconnier et de Marguerite Corriveau sur Nosorigines

Sources: Nosorigines.qc.ca et Family Search.

Les enfants de Marie Lachance et d’Alfred Ferland

Mon arrière-grand-père Philias Lachance avait trois soeurs: Aurélie, Odile et Marie. Marie s’est mariée à Sainte-Justine (Bellechasse) le 17 avril 1871 quelques jours avant son 18e anniversaire. Elle a épousé Alfred Ferland, fils de Gabriel et de Madeleine Gosselin.  Sainte-Justine n’avait pas encore célébré son dixième anniversaire d’existence lorsque l’événement a eu lieu.

Marie et Alfred ont eu 17 enfants. Ils sont tous nés et décédés à Sainte-Justine (sauf une exception). Les voici.

  1. Joseph-Alfred N. 13 juillet 1872. D. 30 oct. 1873.
  2. Marie-Clotilde. N. 27 janvier 1874. D. 2 oct. 1882.
  3. Marie-Philomène. N. 13 juin 1875. – ? (n’est pas dans le recensement de 1881).
  4. Marie-Elise. N. 22 juin 1876. D. 24 décembre 1876.
  5. François-Xavier. N. 2 déc. 1877. D. 18 avril 1879.
  6. Marie-Anne. N. 6 février 1879. D. 22 août 1879.
  7. Clara. N. 30 nov. 1880. D. 6 octobre 1959, Lewiston, Maine.
  8. Joseph-Alfred. N. 16 janvier 1882. D. 2 oct. 1882.
  9. Marie-Célanire. N. 1 fév. 1883. D. 30 janvier 1890.
  10. Joseph-Alfred. N. 6 juin 1884. D. 12 juillet 1884.
  11. Joseph-Ernest. N. 18 juin 1885. D. 1er août 1885.
  12. Anna. N. 19 décembre 1886. D. 26 déc. 1963.
  13. Marie-Anne-Delvina. N. 25 juillet 1888. D. 17 septembre 1888.
  14. Marie-Zelia. N. 10 août 1889. D. 28 août 1889.
  15. Joseph-Clément-Félix. N. 17 oct. 1891. D. 19 nov. 1891.
  16. Marie-Justine. N. 6 oct. 1892. D. 17 août 1904.
  17. Marie-Emérentienne-Nelida. N. 27 juillet 1896. D. 10 mars 1920.

Quelques observations: Parmi ces 17 enfants, il y a trois Joseph-Alfred, tous décédés en bas âge. Trois enfants seulement ont atteint l’âge adulte. Marie-Emérientienne-Nélida est décédée célibataire. Clara a épousé François-Ovide Ruel à Ste-Justine le 20 août 1901. Leurs enfants sont nés à Sainte-Justine, mais la famille a émigré à Lewiston, Maine en février 1920 selon Find a grave. Anna a épousé Darius Ruel (Ste-Justine, 19 avril 1909) puis Joseph-Arthur Fauchon (Ste-Justine, 30 juin 1952).

La consultation des registres permet de constater qu’il y avait beaucoup de mortalité infantile au cours des cinquante premières années d’existence de la municipalité. À cette époque, l’accès aux soins de santé n’était pas évident. Pour les accouchements, on faisait bien sûr appel à la sage-femme ou on allait quérir le docteur à Sainte-Claire. Pour les maladies, on demandait conseil au guérisseur ou aux mères de famille. Dans bien des cas, on ne pouvait malheureusement pas faire grand chose. Le premier médecin résident, le Dr J.-E. Robitaille, ne s’est installé dans la municipalité qu’en 1906.

Marie Lachance est décédée à Sainte-Justine le 26 février 1935. Alfred Ferland est décédée au même endroit deux ans plus tard, le 18 novembre 1937. Alfred était cultivateur.

IMG_0413

Pierre tombale de Marie Lachance et d’Alfred Ferland, Cimetière de Sainte-Justine. Crédit photo: Vicky Lapointe

Veuve à 16 ans (100 mots pour une vie)

Voici ma contribution au généathème 100 mots pour une vie :

Espérant améliorer leur sort, William et Aimée Morin, mes aagm, quittèrent le Québec vers 1915. Ils emmènent avec eux plusieurs de leurs enfants, dont Rosa, mon agt, née à Saint-Camille-de-Lellis, Québec, le 5 avril 1909. Ils s’établirent en Ontario, où ils défrichèrent une terre située à Frederick House (auj. Frederick) près de Cochrane. Quelques mois après le décès de William, survenu le 18 décembre 1923, Rosa, âgée de 15 ans, épousa à Frederick House Louis Rioux. Le mariage fut de courte durée car Louis décéda l’année suivante. Rosa se remaria en 1926 avec Wilfrid Pépin. Ils vécurent ensuite, espérons-le, heureux.

 

Mon Sosa 666: Jean-Baptiste Labrecque

Le thème de ce billet à saveur généalogique (merci  à la Gazette des ancêtres pour les Généathèmes) est le Sosa 666.

Qu’est-ce qu’un Sosa? En généalogie, avec le système de numérotation de Sosa-Stradonitz, chaque ancêtre reçoit un numéro. Selon ce système, je suis la no 1, mon père est le numéro 2, ma mère le numéro 3, etc.

Mon ancêtre numéro 666, donc mon Sosa 666, est Jean-Baptiste Labrecque, né en Nouvelle-France. Voici, en 100 mots, son histoire.

*

**

Jean-Baptiste Labrecque naquit le 11 septembre 1698 à Saint-Étienne-de-Beaumont, près de Québec, troisième enfant de Mathurin Labrecque et de Marie-Marthe Lemieux.

zac

Acte de baptême de Jean-Baptiste Labrecque. Registres St-Etienne-de-Beaumont. Family Search.

Ses noces furent célébrées dans la même paroisse le 5 août 1727. De cette union avec Louise Boissel, fille de Pierre-Noël et de Louise Gesseron, naîtront au moins cinq enfants.

mariage

Registres Saint-Etienne-de-Beaumont, mariage de Jean-Baptiste Labrecque et de Louise Boissel. Family Search.

Mon ancêtre, censitaire, su faire valoir ses droits. Quand Charles-Marie Couillard,  seigneur de Beaumont, fit couper 17 arbres sur son terrain, il demanda et obtint justice. L’intendant Gilles Hocquart ordonna le 15 avril 1739 au seigneur de Beaumont  de dédommager mon ancêtre.

Après avoir vécu la Conquête anglaise, Jean-Baptiste Labrecque décéda le 24 juillet 1776 à Saint-Etienne-de-Beaumont.

Sources consultées: Nos Origines, Quebec catholic parishes (Family Search) et Cahier 27: Registre des Commissions et ordonnances Rendues par Monsieur Hocquart intendant de Justice, Police et finances En la Nouvelle france (BANQ).

Patrimoine bâti des Etchemins

Ces dernières années, des municipalités et MRC (municipalités régionales de comté) du Québec ont mis en ligne l’inventaire de leur patrimoine bâti. La MRC des Etchemins, en Chaudière-Appalaches, ne fera pas exception.

Cette MRC comprend 13 municipalités:

L’inventaire a été mené dans 12 municipalités de la MRC. La 13e municipalité, Lac-Etchemin, a inventorié les éléments de son patrimoine bâti, paysager et religieux il y a quelques années.  Deux brochures à ce sujet sont disponibles en cliquant ici.

L’inventaire du patrimoine bâti de la MRC des Etchemins a été réalisé par  la firme Patri-Arch, en collaboration avec le photographe Ghislain Fortin. Le site internet a été réalisé par la firme Maki. On peut consulter l’inventaire à l’adresse suivante:

http://patrimoinebatietchemins.com/

Je vous souhaite une belle découverte du patrimoine etcheminois!

Vicky Lapointe