Protéger le patrimoine: citation et classement 2/3

Les gouvernements fédéraux, provinciaux et municipaux peuvent contribuer au Canada à protéger le patrimoine en attribuant à un bâtiment, un monument ou un site un statut particulier qui reconnaît sa valeur historique. Voyons à chaque palier de gouvernement ce qu’il en est. Deuxième billet d’une série de trois.

Provincial

Le Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec  »peut accorder un statut particulier – soit le classement ou la reconnaissance – à une œuvre d’art, un monument historique, un bien ou un site historique, un bien ou un site archéologique, un arrondissement historique ou naturel  ». (Réf.). On ne parle plus ici de citation, mais bien de classement ou de reconnaissance. La loi sur les biens culturels s’applique. Avec la désignation gouvernementale viennent certains obligations. Plusieurs programmes provinciaux permettent d’obtenir une aide financière pour la restauration et la préservation du patrimoine des biens classés. (Liste des programmes)

Le gouvernement peut aussi, par décret, attribuer le statut d’arrondissement historiques. Ils sont situés à l’Ile d’Orléans, Beauport, Carignan, Charlesbourg, La Prairie, Sillery et Trois-Rivières. On connait bien sûr les arrondissements historiques du  Vieux-Québec et du Mont-Royal.

On peut consulter la liste des biens patrimoniaux qui ont bénéficié d’une reconnaissance ou d’un classement par le gouvernement québécois via le Répertoire du patrimoine culturel du Québec.

Le prochain billet portera sur les statuts particuliers que le gouvernement fédéral peut accorder pour reconnaître la valeur historique d’un élément du patrimoine. Vous pouvez lire ce billet ici.

Billets reliés:

Images anciennes de Trois-Rivières et d’ailleurs

Mario Groleau, président du Club de photographie mauricien, a mis en ligne sur Flickr des photos qui intéresseront les amateurs d’histoire du Québec. Les albums Photos anciennes de Trois-Rivières et Cartes postales anciennes sont particulièrement intéressants. On y retrouve des photographies et cartes postales qui datent de la première moitié du 19e siècle.

cartes_postales

Il y a aussi des albums sur les vieux catalogues Kodak, le Reader’s Digest, etc

Plusieurs albums sont consacrés à la Mauricie d’aujourd’hui, spécialement à la ville de Trois-Rivières. Il y aussi des photos prises dans d’autres villes et régions du Québec comme Charlevoix, Rivière-du-Loup, Saguenay, Québec, l’Ile d’Orléanset bien d’autres.

Belle façon de connaître le patrimoine de ces villes!

Adresse: http://www.flickr.com/photos/mario_groleau/sets/

Merci à Tourisme Mauricie pour avoir partagé cette belle découverte!

Billets reliés:

Fichier origine: connaître ses ancêtres

Vous voulez en savoir plus sur vos ancêtres? Internet regorge de ressources pour vous aider dans votre quête. Un site à consulter est celui du fichier Origine.

Le fichier Origine a été créé la Fédération québécoise des sociétés de généalogie en collaboration avec la Fédération française de généalogie . Il s’agit du  »répertoire informatisé des actes trouvés dans le cadre du projet franco-québécois de recherche sur les origines familiales des émigrantsfrançais et étrangers établis au Québec des origines à 1865.  ». C’est Marcel Fournier, qui a créé cette base de données.

On peut faire une recherche par nom de famille, localité, paroisse, département ou pays.

J’ai fait la recherche en entrant comme mot-clé mon nom de  »Lapointe » et cela a donné quatre résultats. Dans ce cas-ci, grâce à des gens de ma famille qui ont déjà fait des recherches généalogiques, je sais que Nicolas Audet dit Lapointe est mon ancêtre. Lorsque je clique sur son nom, une fiche apparaît avec plusieurs informations. Par exemple, il a été baptisé le 12 juillet 1637 à Maulais, une commune de Taizé (Deux-Sèvres). On sait qu’il était au Canada en 1663 en tant que serviteur de Monseigneur de Laval. Il a épousé Madeleine Després (que je sais être une fille du Roy) le 15 septembre 1670 à Sainte-Famille, Ile d’Orléans. Il est décédé le 9 décembre 1700 à Saint-Jean, Ile d’Orléans.

Peut-être que dans un futur billet il sera question de l’origine et de la signification du nom de famille Lapointe. Tout une épopée, croyez-moi…

Billets reliés:

Les régions du Québec: une histoire d’appartenance

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur l’histoire régionale du Québec, mais qui n’ont pas nécessairement le temps et l’envie de lire de gros bouquins, je vous suggère la série Une histoire d’appartenance publiée par les Éditions GID.

Chaque volume débute par une présentation générale de la région ( les pionniers, les témoignages concernant cette région, la colonisation, et). Ensuite, on voit l’histoire de chaque paroisse sous forme de chronologie. Le tout est agrémenté de plusieurs photographies d’archives (dont plusieurs que je voyais pour la première fois).

J’ai bien aimé l’intégration des cartes dans les deux volumes que j’ai lu, celui sur Charlevoix et celui sur la Côte-Nord par Caroline Roy et Serge Lambert. Dans chaque cas, on prend une carte du début du siècle puis on la fait suivre d’une carte récente. On voit à quel point la toponymie a évoluée; des hameaux ont disparus, des villages se sont regroupés et d’autres ont changé de nom.

Les monographies régionales ne sont pas toujours simple à se procurer. Avec la série une Histoire d’appartenance, vous avez en quelque sorte une synthèse de ces livres. De plus, à la fin de chaque livre, il y a une bibliographie, pour ceux qui veulent approfondir l’histoire de la région concernée.

Une série à suivre!

Les titres publiés concernent les régions de Charlevoix, le Saguenay-Lac-St-Jean, la Côte-Nord, Québec, la Côte-de-Beaupré, la Gaspésie, les Iles-de-la-Madeleine et la Vallée-de-la-Matapédia.

Adresse: http://www.leseditionsgid.com/boutique-en-ligne/une-histoire-d-appartenance

Billets reliés:

L’ABC de l’arrondissement historique de l’Ile d’Orléans

L’Ile d’Orléans est un des plus beaux endroits au Québec, preuves ici. Plusieurs québécois ont des ancêtres qui ont vécu là.

iledorleans

L’Ile d’Orléans a une longue histoire et son patrimoine en témoigne. Sur le site internet de la MRC de l’Ile d’Oréans vous pouvez télécharger 12 fiches en format pdf qui traitent du patrimoine architectural et des paysages de l’Ile.

Ces fiches vous permettront de vous familiariser avec le vocabulaire de l’architecture, photographies à l’appui

Adresse pour télécharger les fiches: http://mrc.iledorleans.com/fra/culture-et-patrimoine/abc-de-lile.asp

Site internet officiel de l’Ile d’Orléans: http://www.iledorleans.com/

Billets reliés:

——————————

Pour recevoir les mises à jour de ce blogue par courriel cliquez ici

Malcolm Fraser, de soldat écossais à seigneur canadien 1733-1815

La Conquête de la Nouvelle-France par les Britanniques a amené plusieurs soldats de l’armée de sa Majesté à s’établir au Canada. Parmi ceux-ci, il y avait Malcolm Fraser, écossais d’origine. Le livre Malcolm Fraser, de soldat écossais à seigneur canadien 1733-1815 raconte sa vie depuis son arrivée au Canada en 1758 jusqu’à son décès, survenu en 1815.
malcolm_fraserL’auteur, Jean-Claude Massé, est professeur au département de mathématiques et de statistiques de l’Université Laval.

Fraser a eu une vie bien remplie. Il a participé à la prise de Louisbourg ainsi qu’aux bataille des Plaines d’Abraham et de Sainte-Foy. Il a aussi combattu les Américains lors de leur tentative d’invasion du Canada en 1775.

Malcolm Fraser a été juge de paix et capitaine de milice. Il a été seigneur de Mount Murray (Cap-à-l’aigle), Islet-du-Portage (Saint-André) et d’une partie de l’Ile d’Orléans (Sainte-Famille et Sainte-Jean).

On sent la passion de l’auteur, Jean-Claude Massé, pour les chiffres, tout au long de l’ouvrage. Il accorde une attention particulière à la manière dont Malcolm Fraser a géré ses finances (dettes, prêts, acquisitions). Fraser semble avoir été un gestionnaire avisé, soucieux de ne pas laisser des dettes en héritage.

Jean-Claude Massé se penche aussi sur la vie personnelle de Malcolm Fraser. Celui-ci n’a été marié qu’à une seule reprise (il a été veuf après peu de temps), mais il a vécu deux longs concubinages avec des Canadiennes-françaises, dont il a eu neuf enfants. De ses enfants, c’est Alexandre, employé de la Compagnie du Nord-Ouest, qui ressort du lot. Massé présente aussi le cercle d’amis de Fraser, surtout composé d’anglophones.

A noter: la ville de Rivière-du-Loup se nommait à l’origine Fraserville, en l’honneur d’Alexandre Fraser.

Ce livre nous permet d’en savoir plus sur la famille Fraser, qui a contribué au développement de l’Ile d’Orléans, de Charlevoix, du Bas-Saint-Laurent et de Chaudière-Appalaches

Malcolm Fraser, de soldat écossais à seigneur canadien 1733-1815. Jean-Claude Massé, Septentrion, 2006, 356 pages.
Page dans le catalogue de Septentrion

Billets reliés: