Le phare de Métis a 100 ans

La Gaspésie est réputée pour ses phares qui, pendant des années, ont guidé les voyageurs. Un de ces phares est le phare de Métis à Métis-sur-Mer, construit en 1909. Il est demeuré en fonction jusqu’en 1971. Il est maintenant la propriété d’un particulier et n’est pas accessible au public.

phare_1

Or, l’organisme Heritage Lower St. Lawrence/Héritage Bas-Saint-Laurent nous permet d’admirer ce phare sous plusieurs angles avec le site internet Phare de Métis.

Le site est en construction, mais déjà, on peut y lire des textes sur l’histoire du phare et surtout, on peut visiter virtuellement le phare. Le phare n’est pas ouvert au public mais avec ce panorama 360 degrés, c’est comme vous y étiez. La vue est magnifique et l’image est de grande qualité. Vous pouvez choisir parmi plusieurs points de vue. On peut zoomer l’image sans que la qualité de la photo n’en soit affectée. En plus, il y a des vidéos qui donnent des explications supplémentaires (cliquez sur la flèche qui pointe vers la droite). Je crois que c’est le panorama 360 degrés le plus élaboré et le mieux conçu que j’ai eu l’occasion de voir.

Un panorama 360 degrés est une belle manière de faire visiter un lieu qui ne peut être accessible au public. Quelle bonne idée!

Adresse: http://www.pharedemetis.ca/francais/

Billets reliés:

Le phare de l’Ile Verte 1936-1964

L’Ile Verte est située à une trentaine de kilomètres à l’est de Rivière-du-Loup, au Québec. Elle est dotée d’un phare, construit en 1806 et entré en fonction en 1809. Les Lindsay en furent les gardiens pendant plus de 137 ans (1827-1964). En 1974, le phare est déclaré monument historique par Parcs Canada.
lindsayEn 1936, Laurence Lindsay, épouse du gardien du phare Freddy Lindsay, décide d’offrir aux visiteurs la possibilité de laisser un témoignage écrit de leur visite. Ces commentaires seront consignés dans un registre qui est l’objet du livre  »Le grand livre d’or des Lindsay 1936-1964, Extraits des registres du phare de l’Ile Verte. »

Le livre débute par une présentation de l’île, ses gardiens et ses visiteurs. Suivent les témoignages de Charles Lindsay, fils du gardien Freddy Lindsay et d’Yves Préfontaine. Jocelyn Lindsay, frère de Charles, signe un texte sur l’importance historique du phare de l’île.

Ensuite, on peut lire des retranscriptions de commentaires provenant du registre. Les visiteurs vantent le bon accueil de leurs hôtes, la beauté du paysage; ils soulignent leur envie de revenir. D’autres y vont de remarques humoristiques. Certains visiteurs se démarquent par leur belle plume, comme les membres de la famille Préfontaine. Les visiteurs viennent de l’Ile Verte, de Rimouski, Montréal et même des États-Unis.

En 1964, Laurence et Freddy Lindsay quittent le phare. Le dernier gardien part en 1972 en 1972, le phare étant maintenant automatisé.

Ce livre constitue un beau témoignage sur la vie des gardiens du phare de l’Ile Verte.

Le grand livre d’or des Lindsay 1936-1964, Extraits des registres du phare de l’Ile Verte. Jean-Claude Tardif, Édition GID, 2007, 272 pages.

Billets reliés: