Le Dr Hormisdas Ethier en mission à Constantinople [1908]

La Patrie, 16 juillet 1908

LA SCIENCE DE L’UN DES NÔTRES
__

LE GOUVERNEMENT CONFIE AU DR HORMIDAS ETHIER L’IMPORTANTE MISSION D’ALLER FONDER À CONSTANTINOPLE UN HOPITAL POUR LES TUBERCULEUX.
__

Hormisdas Ethier. La Patrie, 16 juillet 1908.

Hormisdas Ethier. La Patrie, 16 juillet 1908.

Nous sommes heureux d’annoncer aujourd’hui à nos lecteurs que le gouvernement de la République Française, vient de confier à l’un de nos compatriotes Canadiens-français l’une des charges les plus importantes et les plus délicates, auxquelles il soit permis d’aspirer.

Un jeune médecin, M. le docteur Hormisdas Ethier, qui est actuellement à Paris, et dont les parents demeurent à Clarence, Ont., et à Montréal, a été nommé délégué, ainsi que l’un de ses confrères de Paris, pour aller fonder un hôpital de tuberculeux à Constantinople, en Turquie.

Le Sultan s’était adressé plus d’une fois au gouvernement, afin qu’il s’intéressât à la fondation d’un sanatorium, en Turquie. Le gouvernement se rendit à cette requête et comme les candidats à la charge difficile de fondateur se trouvaient en grand nombre, il résolut, par l’entremise de l’Université de Paris, d’organiser un grand concours.

Trente-deux candidats, dont l’un, Canadien-français, se présentèrent pour soutenir la thèse qui leur était donnée comme sujet d’études et qui portait sur la tuberculose. Quand le résultat des thèses fut connu, le Dr Hormisdas Ethier et le Dr Raymond, un Parisien, arrivaient ex-aequo.

Le gouvernement confia aussitôt à ces deux jeunes et brillants praticiens la tâche d’aller fonder un asile pour les malheureux tuberculeux, dont le nombre qui augmente d’une façon si terrible à Constatinople, a ému et alarmé le gouvernement de la Porte.

Le Dr Hormisdas Ethier, après sa nomination, est venu visiter sa vieille mère, qui habite à Clarence, et il est reparti pour l’Europe. Sa modestie de savant ne lui a pas permis de parler de sa nomination à ses confrères, et voilà pourquoi, les journaux ne le sachant pas, n’en ont rien dit.

Le Dr Ethier est âgé de trente ans. Il fit ses études classiques au collège de Rigaud, et ses études de médecine à l’Université Laval, de Montréal.

Il y a six ans, alors qu’il n’était âgé que de vingt-quatre ans, son cousin germain, le Dr Eidèhe? Ethier de la rue Saint-Denis, et qui se trouvait alors à Paris, le fit mander pour aller le remplacer comme interne à l’hôpital Saint-Michel, sous la direction du Dr Récamier, médecin du Prince d’Orléans.

Le Dr Éthier passa trois ans dans cet hôpital. Puis, il se rendit en Angleterre étudier quelques temps et retourne en France, jusqu’à ce qu’il fut choisi comme délégué par le gouvernement.

Il partira pour la Turquie au commencement [illisible].

Billets reliés

Aziz George Nakash, photographe arménien à Beauceville, Sherbrooke et Montréal (1892-1976)

Une émigration canadienne-française au Brésil? [1896]

Qui le connaît? [Colorado, 1907]

18 décembre 1874: élection d’un natif de Mascouche à la mairie de Los Angeles

Aziz George Nakash, photographe arménien à Beauceville, Sherbrooke et Montréal (1892-1976)

George Nakash (192?) Credit: George Nakash, Senator Raymond Setlakwe collection, Library and Archives Canada, Archival Reference Number R12521-10, PA-215131, e010752254

Il y a plusieurs années de cela, on m’a donné une photocopie d’un acte datant de 1914.

Il s’agit d’un contrat passé devant le notaire Joseph-Ernest-Godfroy Bolduc à Beauceville. Dans cet acte, Aziz George Nakash autorise son frère Salim George à vendre deux maisons et des biens qu’il possède  »par indivis » (sans être divisé) avec ses frères et soeurs Shykry, Fared, Michel et Nazlya.

Il est indiqué sur ce document que Aziz George Nakash est artiste-photographe et qu’il réside à Beauceville.

En consultant le web, j’ai pu rassembler quelques informations sur ce photographe.

Il est né en 1892 à Mardin, Turquie. Il est d’origine arménienne

C’est le neveu de Aziz Setlakwe, un des premiers immigrants arméniens au Canada

Il a appris la photographie à Beyrouth, Liban.

Il a immigré en Amérique du Nord en 1913. Il a d’abord habité New York.

En 1918, il a ouvert un studio de photographie à Sherbrooke. (réf.)

Il a obtenu sa naturalisation le 8 juillet 1921.

En 1932, il s’est établi à Montréal.

Il était membre de la Royal Photographic Society of Great Britain  et de l’Association des photographes de la Province de Québec (Photographers’ Association in the province of Quebec).

Il est décédé à Montréal le 13 décembre 1976. Il était le mari de Florence Jarjour. Il était le père de Lally, Vivian et d’une autre fille dont je n’ai pu trouver le prénom (elle était madame Gay Scheib).  de Gay Garo, femme de Vitol Joseph Scheib. Merci à Sébastien Robert, de l’Institut généalogique Drouin pour l’information.

Aziz George Nakash est l’oncle du photographe renommé Yousuf Karsh.

Voici quelques photographies où l’on voit des Aziz George Nakash et des membres de sa famille, ainsi que des photos prises par lui-même.  La plupart des photographies ne sont pas datées. Elles proviennent de la collection du Musée McCord et de la collection du Senateur Raymond Setlakwe de Bibliothèque et Archives Canada

George Nakash et Nazlia Nakash, 192? Credit: George Nakash, Senator Raymond Setlakwe collection, Library and Archives Canada, Archival Reference Number R12521-9, PA-215130

Photographie | M. George Nakash, photographe, Montréal, QC, vers 1965 | MP-1982.133.129

M. George Nakash, photographe, Montréal, QC, vers 1965

Gratien Gélinas, 1938 Credit: George Nakash / Bibliothèque et Archives Canada / e000001111

Dr. John Hammond Palmer, un cardiologue de Montréal et Brigadier General durant la Deuxième Guerre mondiale. Credit : G. Nakash, Library and Archives Canada, Accession 1974-081, Arch ref. no. R4831-1

Garçon portant un imperméable Credit: George Nakash, Senator Raymond Setlakwe collection, Library and Archives Canada, R12521-2, PA-215106

Sans titre. Credit: George Nakash, Senator Raymond Setlakwe collection, Library and Archives Canada, R12521-5, PA-215109

Mère Marie-Thomas d'Aquin (1877-1963) Credit: George Nakash, Senator Raymond Setlakwe collection, Library and Archives Canada, Archival Reference Number R12521-3, PA-215107

Sans titre. Credit: George Nakash, Senator Raymond Setlakwe collection, Library and Archives Canada, Archival Reference Number R12521-4, PA-215108

Dorimène Brien. Credit: George Nakash, Senator Raymond Setlakwe collection, Library and Archives Canada, Archival Reference Number R12521-7, PA-215119

Photographie | Dorimène Brien, Sherbrooke, QC, 1922 | MP-1982.133.249

Dorimène Brien, Sherbrooke, QC, 1922. Epouse de John Samuel Bourque, successivement ministre des Terres et forêts, des Resources hydrauliques et des Finances sous Maurice Duplessis.

Sans titre. Credit: George Nakash, Senator Raymond Setlakwe collection, Library and Archives Canada, Archival Reference Number R12521-8, PA-215120

Garçon aux yeux sombres Credit: George Nakash, Senator Raymond Setlakwe collection, Library and Archives Canada, Archival Reference Number R12521-6, PA-215110

Photographie | Edward et Peter Bronfman, Montréal, QC, 1946 | MP-1981.133.1.240

Edward et Peter Bronfman, Montréal, QC, 1946

Photographie | Dr Harry Ballon, chirurgien en chef, Hôpital général juif, 1952 | MP-1981.133.1.135

Dr Harry Ballon, chirurgien en chef, Hôpital général juif, 1952

Photographie | Albert Carlos Skinner, maire de Sherbrooke, QC, 1929 | MP-1982.133.256

Albert Carlos Skinner, maire de Sherbrooke, QC, 1929

Bibliographie

Rouben Paul Adalian. Historical Dictionary of Armenia. Scarecrow Press, 2010, 674 pages.

Base de données Naturalisation canadienne 1915-1951 de Bibliothèque et Archives Canada.

The Montreal Gazette, 15 décembre 1976.

Billets reliés

Connaître le patrimoine des migrants et conserver les archives québécoises: entrevues

Portraits de membres de la communauté asiatique au Québec 1850-1945

Qui sont les Home Children?

Sherbrooke, terre d’accueil

Brochures de la Société historique du Canada en ligne