Effondrement de la seconde arche du rocher Percé [1845]

Vue de l'île Percée, un rocher remarquable dans le golfe Saint-Laurent..
Vue de l’île Percée, un rocher remarquable dans le golfe Saint-Laurent.. par Hervey Smyth, 5 novembre 1760, BAC

Haut de 288 pieds, long de 1500 et large de 300, le Rocher de Percé est composé de calcaire de couleur jaune et rouge, qui forme une masse taillée perpendiculairement. Cet étrange bloc est bordé, d’un côté, par une petite grève; mais de l’autre côté, assure-t-on, la profondeur est telle, qu’en temps calme, un navire de guerre peut y accoster impunément. Par la nature de sa formation, cet îlot – jadis relié au Mont-Joli, – a dû souvent changer d’aspect. Champlain en le relevant dit que « l’île de Percé est comme un rocher fort haut, élevé des deux côté, où il y a un trou par où les chaloupes et bateaux peuvent passer à la haute mer, et de basse mer on peut aller de la grande terre à la dite île qui n’en est qu’à quelque quatre ou cinq cents pas. » Denys de son côté assure, sur la fois d’une tradition indienne, que l’île de Percé se prolongeait jadis jusqu’à l’île de Bonaventure, mais que la mer l’ayant mangée par le pied, elle en fit tomber une partie. « J’ai vu, écrivait-il, soixante ans après Champlain, qu’il n’y avait qu’un trou en forme d’arcade par où une chaloupe passait à la voile; depuis il s’en est fait deux autres qui ne sont pas si grands, mais qui à présent croissent tous les jours et il y a apparence que ces trous affaiblissant son fondement, seront cause à la fin de sa chute.  » Cette prévision s’est réalisée. Maintenant Percé n’a plus qu’une des arches mentionnées dans la description que Denys fait des côtes du golfe: la seconde s’est effondée [sic] en 1845 (17 juin).

Extrait de La Gaspésie : promenades dans le golfe Saint-Laurent : Nouvelle-Ecosse, Ile du Prince-Edouard, Nouveau-Brunswick, la baie des Chaleurs, la Gaspésie par Edmond Faucher de St-Maurice, Montréal,  Cadieux & Derome, 1886.

Billets reliés

Sur le web: Mémoires de marées – Survol des naufrages gaspésiens

Boisson sous la tribune de l’institutrice [Mont-Albert, 1936]

Naufrage de la goélette Saint-Laurent (septembre 1839)

Patrimoine horticole: Les Jardins de Métis

Publicités

Un commentaire

  1. Meho dit :

    J’y suis allé à l’été 2013 et une autre impressionnante partie du rocher venanit juste de s’effondrer. Dommage qu’un jour il disparaitra.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.