Le naufrage du Lunenburg (4 décembre 1905, Iles de la Madeleine)

Les îles de la Madeleine ont été le théâtre de plusieurs naufrages au 19e et au 20e siècle. Un de ceux-là est le naufrage du Lunenbourg en 1905.

Le Lunenburg était partit de Pictou, Nouvelle-Écosse. Ce bateau transportait habituellement du courrier, des marchandises et des passagers. Son propriétaire était Robert  Jamieson Leslie, élu député des Iles de la Madeleine l’année précédente. Il  était à bord du Lunenbourg le 4 décembre 1905.

En ce début de décembre, la mer était déchaînée; on était en pleine tempête de neige. On n’y voyait rien, tellement que le navire a fini par s’échouer près de Sand Beach, Havre-Aubert, à l’époque appelé Amherst. En plus, c’était la nuit. Les habitants ne pouvaient porter secours aux naufragés. On décida d’attendre que la tempête se calme  un peu avant de reprendre le sauvetage.

Impression | Île du havre Amherst depuis les collines de la Demoiselle, Îles-de-la-Madeleine, QC, dessin, vers 1875 | MP-0000.1278.3
Île du havre Amherst depuis les collines de la Demoiselle, Îles-de-la-Madeleine, QC, dessin, vers 1875

Le lendemain, des passagers du Lunenbourg décidèrent de tenter leur chance. Ils prirent une chaloupe, et, chanceux, atteignirent rapidement la côte où ils furent secourus. Le député Leslie et les 11 autres passagers décidèrent d’attendre les secours car la mer était toujours aussi agitée.

Après un certains temps, la solidité du bateau étant durement éprouvée,  les hommes restés sur le Lunenbourg prirent une barque et tentèrent la traversée. Or, la barque fut renversée par un coup de vague. Les 12 hommes furent jetés par-dessus bord. Certains réussirent à s’agripper à la barque, mais la température de l’eau eut raison de leur résistance.

Il n’y eu qu’un survivant, le capitaine Salomon Pride. Il avait réussit à remonter dans la chaloupe. L’homme qui lui porta secours, Joseph Renaud,  reçut la médaille du gouverneur général du Canada pour cet acte de bravoure.

La liste des victimes diffère d’une source à l’autre. Ce qui est sûr, c’est que le député Robert J. Leslie et Adephus Vigneault y figurent. Le corps de Robert Leslie fut retrouvé le 25 décembre 1905. Il a été enterré à Halifax l’année suivante. Il avait épousé en 1897 Bertie Staratt.

Robert Leslie. 6 décembre 1905, La Patrie.
Robert Leslie. 6 décembre 1905, La Patrie.

Voici deux des listes des victimes publiées dans les journaux.

Quebec Chronicle, 6 décembre 1905
Quebec Chronicle, 6 décembre 1905

Autre liste des victimes  provenant du Eastern Chronicle, 8 décembre 1905:R.J. Leslie, Halifax; J.W. McConnell, purser, Port Hilford; Harding Gerhardt, steward, Lunenburg; Ranald McDonald, chief engineer, Pictou; J. Josie Cook, cook; Beverley Hamm, cabin boy, Lunenburg; Chaessan Vital, seaman, Magdalens; D.D. Vigneault, seaman, Magdalens; Samuel Vigneault, seaman, Magdalens; Joseph Bourgeois, seaman, Magdalens. (réf).

Je n’ai pas trouvé de liste définitive des victimes de la tragédie. Peut-être que certains corps n’ont jamais été retrouvés ou bien qu’ils ont été retrouvés plus tard.

Bibliographie

Assemblée nationale du Québec [en ligne] Robert Jamieson Leslie [Page consultée le 18 décembre 2010] Adresse URL

DEVANNEY, Burris [en ligne] Kenneth Leslie: A Biographical Introduction. [Page consultée le 18 décembre 2010] . http://uwo.ca/english/canadianpoetry/cpjrn/vol05/devanney1.htm

LANDRY, Frederic. Pièges de Sable. Leméac, 1978, 164 pages.

Greatly abridged excerpts from « Dickson and Leslie Family Histories »http://www.flora.org/rosaleen/geneal.html

Carolyn Wallace [en  ligne] The Wreck of the Lunenburg-1905 [page consultée le 26 février 2011] Adresse: http://www.mail-archive.com/nsroots@ednet.ns.ca/msg00096.html

Billets reliés

Le naufrage du Lady Seaton (Iles de la Madeleine, 4 décembre 1847)

La tragédie de l’Empress of Ireland, 29 mai 1914, en images

Pirates ou corsaires? A l’abordage sur le Saint-Laurent

Le site historique maritime de la Pointe-au-Père à Rimouski

Publicités

4 commentaires

  1. Les nombreux naufrages aux Îles de la Madeleine ont modelé le paysage socio-économique de l’archipel. Qu’ils soient d’ici ou d’ailleurs, en liaison régulière avec la Grande Terre ou simplement de passage, tous ces navires qui s’aventuraient près des Îles risquaient, durant les tempêtes qui s’abattaient dans le golfe St-Laurent, au pire de couler à pic, au mieux de s’échouer sur le rivage.
    Si certains naufrages ont été une grande tragédie, d’autres ont apporté une bénédiction pour les insulaires isolés loin du continent : Les Madelinots se sont couramment approvisionnés de ces fortunes de mer jetées à la côte, et de nombreux marins étrangers, survivants mais désormais seuls et loin de chez eux, s’y sont établis définitivement.

    J'aime

  2. histoire_qc dit :

    Bien dit, Benoit!

    Vicky

    J'aime

  3. carolyne leblanc dit :

    Bonjour !
    Concernant ce bout de texte :
    **Il n’y eu qu’un survivant, le capitaine Salomon Pride. Il avait réussit à remonter dans la chaloupe. L’homme qui lui porta secours, Joseph Renaud, reçut la médaille du gouverneur général du Canada pour cet acte de bravoure.**
    Est-ce que vous avez plus d’information sur ce Joseph Renaud ? Par exemple sa date de naissance, de décès, marié avec qui ?

    Merci

    J'aime

  4. Bonjour!
    Je suis désolé, je n’ai pas plus de détails.

    Vicky

    J'aime

Les commentaires sont fermés.