Le meurtre d’Achille Taché, seigneur de Kamouraska (31 janvier 1839)

Hier, tout Québec fut mis en émoi par le nouvelle du meurtre récent supposé de M. Achille Taché, Seigneur de la Seigneurie de Kamouraska. Les soupçons sont tombés sur un étranger, se disant de Sorel, qui était nouvellement arrivé à Kamouraska, et qui en est disparu depuis cet affreux événement.

Extrait: Le Canadien, 6 février 1839, p.2

***

Le 16 juillet 1834, à Québec, Josephine-Éléonore d’Estimauville épouse Louis-Paschal-Achille Taché, seigneur de Kamouraska. Deux enfants naissent de cette union malheureuse. Violence conjugale, abus d’alcool et autres comportements de la part de l’époux sont des facteurs qui incitent Josephine-Éléonore d’Estimauville à quitter Kamouraska avec ses enfants en décembre 1837. Elle s’établit à Sorel (appelé alors William Henry), chez sa mère. Son troisième enfant naît là. Son époux vient la rejoindre en janvier 1838, mais repart sans elle.

3 février 1839: on retrouve le corps de Louis-Paschal-Achille Taché à l’anse Saint-Denis (Kamouraska ) . Il est décédé de façon violente: deux coups de pistolets à la tête. Que s’est-il passé?

A Sorel, Josephine-Éléonore d’Estimauville a fait la connaissance du docteur Georges Holmes. Ils sont devenus amants. Taché et Holmes se connaissent; ils ont été confrères de classe au collège de Nicolet.

Avec ou sans le consentement de Josephine-Éléonore, Georges Holmes décide de se débarrasser du mari. Les premiers essais sont infructueux.

À l’automne de 1838, à deux reprises il essaya vainement d’envoyer quelqu’un à Kamouraska afin d’empoisonner le seigneur avec de l’arsenic. Il s’adressa ensuite à Aurélie Prévost, dit Tremblay, domestique au service de Joséphine-Éléonore et complice de leur liaison depuis le début. Aurélie s’installa dans une auberge de Kamouraska sous un faux nom. Le 4 janvier 1839, elle réussit à faire boire le poison à Taché, mais il n’en mourut pas. ‘(Réf).

Le 31 janvier 1839, Georges Holmes tue Louis-Paschal-Achille Taché. Il est suspecté dès la découverte du corps. Il a par contre eu le temps de s’enfuir aux États-Unis. Dans des lettres envoyés à deux amis, il avoue avoir tué Taché. (Réf 1 et Réf 2). Il est arrêté à Burlington, Vermont et mis en prison.

Josephine-Éléonore d’Estimauville est quant à elle arrêtée en février 1839 pour sa complicité dans l’affaire. Elle est libérée le 27 février. Son procès s’ouvre à Québec le 21 septembre 1841. Elle est accusée  »d’avoir administrés ou fait administrer un poison, soit une once d’arsenic blanc, dissout dans du brandy, à Achille Taché, le 4 janvier 1839.  » (Réf). Elle est déclarée non-coupable.

Josephine-Éléonore d’Estimauville est décédée en juin 1893 à Montréal. Elle a convolé en secondes noces en 1843 avec le notaire Léon-Charles Clément (six enfants). Ils vécurent aux Éboulements. Quant à Georges Holmes, il s’est enfuit aux États-Unis. Le Bas-Canada a demandé son extradition, ce qui a été refusé. Il a été libéré. On ne sait pas ce qu’il est devenu par la suite.

Compléments

Photographie d’Eleanore d’Estimauville, non datée (années 1870?) source: BANQ

Retranscription de l’acte de sépulture de Paschal-Achille Taché ici.

Bibliothèque et Archives nationales du Québec conserve certaines pièces relativement au procès de Georges Holmes, mais on ne peut les consulter en ligne.

Le drame de Kamouraska a inspiré deux livres: Drames de la vie réelle, roman canadien (Georges-Isodore Barthes, 1896) et Kamouraska (Anne Hébert, 1970). Du livre d’Anne Hébert est tiré le film du même nom (Claude Jutra, 1973). Souvenances Abbé Casgrain. Pierre-Georges Roy a tracé un Portrait de la famille Taché en 1904.

Anne Hébert et Paschal-Achille Taché partagent un lien de parenté, que l’on peut voir via le site Nos origines. Entrez les numéro 452853 et 116873.

***

Bibliographie

Celine Cyr, [En ligne]ESTIMAUVILLE, JOSÉPHINE-ÉLÉONORE D’ (Taché; Clément) Page consultée le 8 mai 2010: Adresse URL

Sylvio Leblond, «le Drame de Kamouraska d’après les documents de l’époque», Cahiers des Dix, 37 (1972): 239–273. reproduit dans Nos Origines. Adresse URL

***

Billets reliés

Crime: La bande à Chambers (1831-1835) première, deuxième et troisième partie

Le Docteur l’Indienne: un meurtrier en série? Saint-Jean-Port-Joli, 1829

Le loup-garou du Kamouraska, 1766-1767

Ces gens qui ont marqué notre histoire: Arthur Buies (neveu d’Eleanore d’Estimauville)

Je m’appelle Claude Jutra: portrait d’un cinéaste québécois

La maison Chapais: le quotidien d’une famille bourgeoise du Bas-Saint-Laurent au 19e siècle

Publicités

A propos Vicky Lapointe

Mon nom est Vicky Lapointe. J'ai une formation en histoire (baccalauréat et maîtrise en histoire, Université de Sherbrooke). Mon blogue explore différentes facettes de l'histoire et du patrimoine du Québec et des Francos-Américains aux XIXe siècle et XXe siècles. Je vous raconte ici des moments de notre petite histoire (j'affectionne particulièrement l'histoire du crime) et je vous présente aussi des articles de journaux d'antan.
Cet article, publié dans Crimes et catastrophes, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.