Quelques évasions signées Bis Belleau [Québec,1869-1871]

Photographie | Rue Saint-Jean, Québec, Qc, 1865 | I-17501.1

Rue Saint-Jean, Québec, Qc, 1865

Pierre  »Bis » Belleau était un criminel impénitent, basé à Québec. Consultez le registre des prisons de Québec au XIXe siècle et vous verrez qu’il avait l’habitude de séjourner derrière les barreaux.

Aujourd’hui, nous allons voir comment étaient rapportés ses exploits dans le journal le Canadien publié à Québec, en nous concentrant sur les années 1869-1871… Un vrai feuilleton!

Plusieurs évasions

En 1869, il était très actif.

D’abord, le 12 mai, on procède à son arrestation alors qu’il se trouve dans le quartier Montcalm à Québec. Il avait dérobé le contenu du coffre-fort du bureau du Grand Tronc (chemin de fer).

Mais comme on conduisait le prévenu à la prison, celui-ci échappa  à la vigilance de ses gardiens, et dirigeant sa course dans les rues du faubourg St. Louis, il put distancer ceux qui le poursuivaient de manière à leur faire perdre ses traces.

Source: Le Canadien, 14 mai 1869.

Le 25 mai, il est capturé, rue Ste-Geneviève.

Le 18 juin, il réussit à s’évader.

INTRAITABLE- Bis Belleau, de célèbre mémoire, a réussi encore  une fois à tromper la vigilance de ses gardiens. On se rappelle qu’il avait à subir un emprisonnement de six mois, pour s’être échappé de la garde de l’officier qui l’avait en charge, et qu’il avait été dûment claquemuré. Et bien, armé d’une lime et de quelques autres instruments qu’il avait réussi à cacher, il a pu couper et arracher deux pièces du grillages de la croisée de sa cellule et mercredi dans la nuit, il a effectué son évasion sans que les gardes en eussent connaissance. Plus que cela, comme Bis Belleau est un homme qui aime la compagnie, il a emmené avec lui un autre prisonnier; c’est un soldat qui ayant reçu l’ordre d’aller ferrer le cheval de son maître, l’avait vendu dans le faubourg St. Jean.

Un autre rapport met en scène un troisième personnage, ce serait un détenu pour dette qui se serait enfui avec les deux individus ci-dessus, et qui, dans ses moments de loisirs, aurait fabriqué les clefs qui ont servi à ouvrir les portes des cellules.

Source: Le Canadien, 18 juin 1869.

Photographie | Monument à Wolfe et prison en construction, Québec, QC, vers 1875 | MP-0000.1676

Monument à Wolfe et prison en construction, Québec, QC, vers 1875

Encore une fois, Belleau a été retrouvé et remis en prison. Mais, on dit  »jamais deux sans trois ».

EVASION- Le fameux Bis Belleau a encore une fois réussi à s’échapper de la prison, dans la matinée d’avant hier. Cela fait la troisième fois. Il a escaladé une cheminée de 24 pieds de hauteur et est descendu ensuite par le paratonnerre comme un fluide électrique, et cela en plein jour, et personne ne la [sic] vu. La police est à ses trousses.

Source: Le  Canadien, 6 août 1869

Une longue cavale

Cette fois-ci, le prisonnier sera en cavale un peu plus longtemps.

BIS BELLEAU – Bis Belleau tire du grand. Evidemment, il sait maintenant qu’il est un grand personnage, et il agit en conséquence. Il a envoyé ces jours derniers un télégramme à Québec, informant ses amis et les nombreuses personnes qui s’intéressent à lui et plus particulièrement la police, que son auguste personne était arrivée saine et sauve de l’autre côté de la frontière, et qu’il ne pouvait pas dire encore bien précisément à quelle époque il viendrait reprendre le logement que madame la police lui offre avec tant d’empressement et de générosité. Il n’a pas dit non plus si c’est par le paratonnerre qu’il fera son entrée quand il reviendra prendre ses appartements à l’hôtel de Notre Souveraine dame la Reine.

Bis Belleau veut, paraît-il, respirer l’air de la liberté pendant quelques temps, pour se rafraîchir les poumons. Il veut aussi étudier les institutions américaines pour voir en quoi elles l’emportent sur les nôtres. Peut-être finira-t-il par renoncer à son allégeance à Sa Majesté et par devenir annexioniste.

Source: le Canadien 9 août 1869.

[note: on parlait beaucoup d’annexion aux États-Unis à l’époque, d’où le commentaire ironique du journaliste]

Années 1860. « Près de ville et terrace » – On y voit un marché de la basse-ville, les murs de la citadelle en arrière-plan, les bâtiments commerciaux de J. Hinds, d’A.W. Lebel et de James A. Quinn ainsi qu’un stand de légumes en avant-plan. Credit: Ellison & Co./Bibliothèque et Archives Canada/PA-148800

Un mois plus tard, Bis Belleau est aperçu à Québec. Et le journaliste du Canadien est toujours en grande forme.

BIS BELLEAU DANS NOS MURS – Bis Belleau est réellement revenu il y a une couple de jours, de son voyage de touriste dans la république voisine. Il parait que ces quelques semaines d’absences avaient parus des siècles à ses amis et amis du faubourg St. Jean, car le soir même de son arrivée, un grand bal fut donné en son honneur dans un petit hôtel de la rue Richmond. D’aucuns disent même qu’avant tout, qu’on lui a présenté une adresse de félicitation, à laquelle Bis a répondu avec beaucoup de bonheur et d’apropos. On sait que c’est dans cette partie que Bis compte le plus d’amis.

Il parait que la police aurait bien voulu être aussi de la partie, mais l’invitation lui étant venue trop tard, elle ne put se rendre au lieu de réunion qu’à 6 heures du matin, mais à ce moment, Bis, pour clore le bal, venait de danser la contredance de Sir Roger de Coverley et avait déjà pris congé de ses hôtes.

Les personnes qui ont eu l’honneur d’assister à cette noble réunion, s’accordent à dire que Bis était habillé de la manière la plus fashionable et qu’il portait un riche étalage de bijouterie, chaîne d’or, bague, épingle, diamant, etc.

Il a été vu dans la croisée d’une certaine maison de la rue Ste. Geneviève. La police accompagnée de plusieurs résidents du quartiers [sic], s’y est rendue pour y faire une recherche, mais Bis avait disparu on ne sait comment.

Source. Le Canadien, 8 septembre 1869

La terrasse Durham. 1870. Source: Bibliothèque et Archives Canada

Bis Belleau continue de mystifier la police. Et le journaliste de nous faire rire en décrivant l’ambiance du conseil de ville de Québec.

EXPLOITS DE BIS – Il faut de la variété en tout. C’est ce que Bis Belleau comprend aussi bien que tout autre. Il aime beaucoup, lui aussi, les scènes à sensation. Blasé de la monotonie des petites scènes tantôt tragiques, tantôt comiques, tantôt amoureuses, des citoyennes de Sébastopol et autres lieux qu’il honore de sa présence, il voulut, vendredi soir, faire diversion.  Il savait que les pères de la cité excellaient dans leur genre et que parfois ils étaient palpitants d’intérêts pendant leurs délibérations. Bis s’est donc rendu au conseil de ville vendredi soir, pour y passer une soirée agréable.

Il se plaça dans les galeries, côte à côte avec les nombreux spectateurs et les hommes de police qui y sont placés pour réprimer les trop chaleureux applaudissements de la foule, lorsque nos édiles se laissent aller à des élans d’éloquence et menacent de s’arracher les yeux, ou le nez, comme il est arrivé encore ce soir là. En effet, l’échevin Hall pour mettre son nez à l’abri des attaques du conseiller O’Hare qui voulait le lui arracher, fut obligé de le menacer de le faire arrêter.

Les conseillers et chevins n’en étaient pas rendus au point où leur bile s’échauffent [sic] le plus, c’est-à-dire, vers la fin de la séance, lorsque parmi la foule, Bis entendit prononcer son nom. Un voisin l’avait reconnu.

Bis, en homme sage et prudent, crut que le moment était venu de déguerpir. Il partit au quick-march. En descendant l’escalier, il heurta de front un individu qui montait et qui le reconnut aussitôt. L’alerte fut donnée et les polimen [sic] abandonnèrent précipitamment leurs postes pour se mettre à la poursuite de Bis.

Mais Bis est bon courreur [sic] et les hommes de police le savent mieux que tout autre. Après quelques enjambées, il était déjà hors de vue. Cependant cette courte apparition de Bis parmi les gens visibles, fit qu’une escouade de policemen passèrent la nuit à faire des recherches dans Sébastopol, St. Sauveur et autres lieux pour retrouver l’invisible Bis. Mais sur le jour, les gardiens de l’ordre public, convaincus que celui qui peut descendre par un paratonnerre, comme un fluide électrique, pouvait bien ne pas toujours être insaisissable, reprirent la route de la station, l’oeil morne et abattu.

On raconte qu’une couple de jours auparavant, de bonne heure le matin, deux policemen rencontrèrent Bis prés de l’église de la congrégation de St. Roch. Cette fois, Bis voulut bien leur permettre de poser leurs mains profanes  sur sa personne. Il se laissa approcher et saisir. Nos deux policemen, fiers de leur capture, ne voulut pas se mettre en marche de suite de peur de voir leur proie leur échapper. Ils firent demander à la station voisine,  un renfort de deux de leurs confrères avec menottes et cordes pour lier leur prisonnier.

Bis, le front calme et serein, jetait des regards placides sur ces deux gardiens qui, placés chaque côté de lui, lui tenaient les deux bras fortement empoignés. Mais dans l’intervalle ils sentirent, dit-on, sous l’étreinte de leur main nerveuse, les chairs de Bis s’amollir, se rapetisser, se fondre pour ainsi dire, puis devenir presqu’à rien.

On prétend, – nous donnons ce fait sous toute réserve, car nous n’y étions pas, – qu’au même instant, ils virent une boule lumineuse monter avec la rapidité de la foudre, par le paratonnerre de la maison voisine, mais sans explosion, et aller se perdre dans un nuage orageux qui se trouvait au-dessus.

Pendant longtemps, les gardiens de la paix publique, les menottes et les cordes dans les mains, avaient leurs regards fixés sur le nuage. Ils espéraient voir Bis redescendre de la même manière qu’ils l’avaient vu monter, mais Bis était dans les régions célestes et avait oublié pour le quart d’heure les affaires de ce bas monde.

Enfin, on vit les quatre policemen reprendre d’un pas tranquille et lent, la route de la station, comprenant plus que jamais que Bis n’était pas un homme aisé à prendre.

Source. Le Canadien, 13 septembre 1869.

Photographie | La Citadelle depuis la Terrasse Dufferin, Québec, QC, 1872 | I-76325

La Citadelle depuis la Terrasse Dufferin, Québec, QC, 1872

Le 27 septembre 1869, le Canadien rapport que Bis a été vu à l’angle des rues St-Jean et St-Augustin, faubourg St-Jean.

Deux jours plus tard, Bis Belleau fait une apparition… remarquée.

ENCORE ET TOUJOURS BIS BELLEAU – Le Chronicle d’hier dit que Bis Belleau s’est promené plusieurs heures durant, sur la plateforme, un de ces derniers soirs, habillé en fille. L’habillement qu’il portait était des plus à la mode.
Source: le Canadien, 29 septembre 1869

Eventuellement, il fut retrouvé par les forces policières et remis en prison pour quelques temps.

PERSONNEL- Bis Belleau dans nos murs ces jours derniers. Mais malheureusement au milieu des ovations dont il a été l’objet, de la part des citoyens et citoyennes de Sébastopol, appelé autrement coin flamant, Bis a perdu sa prudence accoutumée au point de prendre quelques verres de trop et de faire du tapage. La police appelée sur les lieux a pu capturer Bis qui ne s’est rendu cependant qu’après la plus vigoureuse résistance.

En se rendant à la station, Bis a déclaré a[sic] ses gardiens et à ceux qui faisaient qu’il fallait de toute nécessité qu’il retournât aux États Unis au plus tard la semaine prochaine.

C’est hier matin, vers 2 heures, que l’arrestation a eu lieu.

Il parait que le geôlier a découvert, dans la journée d’hier, qu’un prisonnier, amis de Bis, avait scié avec un couteau une des pentures de la porte de sa cellule. Les gardiens de la prison redoublent de vigilance.

Source: Le Canadien, 20 avril 1870

Photographie | La porte Saint-Jean vue de l'extérieur, Québec, QC, 1867 | MP-0000.259.1

La porte Saint-Jean vue de l’extérieur, Québec, QC, 1867

A sa sortie, il se tint tranquille pendant quelques mois, mais il finit par reprendre ses vieilles habitudes. Le 8 février 1871, il fut condamné à 5 ans de prison pour vol, à purger à Kingston. Et effectivement, lors du recensement de 1871, c’est là qu’on le retrouve (profession indiquée:  »painter »). Je n’ai pas trouvé d’informations sur ce qui est advenu de lui après 1871.

Mise à jour: le Canadien du 16 octobre 1871 rapporte que Bis Belleau et trois détenus se seraient évadés de Kingston, rumeur infirmée le 23 octobre de la même année. On assure que Belleau se trouve toujours au pénitencier de Kingston où il pratique le métier de cordonnier.

Bibliographie

Le Canadien 14 mai, 26 mai, 18 juin, 6 août, 9 août, 8 septembre, 13 septembre , 27 septembre, 29 septembre 1869, 20 avril 1870, 8 février 1871

The Morning Chronicle, 8 février 1871

Billets reliés

Évasion à la Citadelle de Québec, 16 octobre 1838

La justice en 1817,1837 et 1857: quelques exemples de condamnations

Tu ne voleras point: l’histoire de John Hart (Québec, 10 novembre 1826)

La déportation d’après les registres d’écrous des prisons de Québec (Bas-Canada, 19e siècle)

La petite histoire du crime: la bande à Chambers (Québec et sa région 1831-1835) Première partie

Publicités

A propos Vicky Lapointe

Mon nom est Vicky Lapointe. J'ai une formation en histoire (baccalauréat et maîtrise en histoire, Université de Sherbrooke). Mon blogue explore différentes facettes de l'histoire et du patrimoine du Québec et des Francos-Américains aux XIXe siècle et XXe siècles. Je vous raconte ici des moments de notre petite histoire (j'affectionne particulièrement l'histoire du crime) et je vous présente aussi des articles de journaux d'antan.
Cet article, publié dans Crimes et catastrophes, Personnages et événements, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Quelques évasions signées Bis Belleau [Québec,1869-1871]

  1. Arsène Lupin était un enfant de choeur… à côté de lui.
    On voit dans vos extraits que les journalistes aimaient ridiculiser la police.
    Les policiers n’avaient pas bonne presse.

    Merci pour ce petit « billet »

    J'aime

  2. Un maître de l’évasion; les policiers devaient le détester cordialement. J’ai adoré l’humour dont fait preuve le ou les journalistes qui ont rédigé ces articles.

    J'aime

  3. Oui, moi aussi j’ai aimé la plume journalistique, mais pour se permettre d’écrire comme ça et de ridiculiser les policiers, les journalistes devaient avoir un peu la bénédiction des éditeurs de l’époque. Les gens devaient aussi raffoler un peu de ces articles comme nos journalistes qui tournent au ridicule nos Glorieux. Sauf que là, le vent tourne et le printemps s’annoncerait plus ensoleillé.

    En passant, vous connaissez mon blogue sur l’escadrille 403?

    Ce que je découvre est de plus en plus fascinant grâce aux photos conservées par le petit-fils d’un pilote canadien.

    Je viens d’en recevoir de nouvelles ce matin.

    Je sais que ça n’entre pas dans le cadre de votre blogue (en passant on dit blog ou blogue?), mais je voulais juste partager ma joie à peine dissimulée. Ces photos exclusives montrent une escadrille de Hurricanes basée à Terre-Neuve en 1943. Je vais à partir de ces photos faire une série d’articles pour tenter de rejoindre les membres des familles des pilotes identifiés dans l’album-photo, et ensuite tenter de faire connaître ce petit bout d’histoire de ces tout jeunes hommes partis défendre leur patrie pour se retrouver à Terre-Neuve en décembre 1943.

    J'aime

  4. Selon l’Office de la langue française, il faut dire  »blogue » mais ont peut voir que  »blog » est encore largement utilisé par les blogueurs francophones.
    Oui, je connais votre blogue sur l’escadrille 403,  »Souvenirs de guerre ». La Deuxième Guerre mondiale est une période que je dois continuer à approfondir, alors je suis toujours heureuse de lire des billets sur ce sujet. Merci de partager avec nous.

    J'aime

  5. Jérôme Laferrière dit :

    Quelle histoire fascinante! Merci d’avoir fait la recherche et de l’avoir partagée avec nous. Je suis un résident du faubourg St-Jean-Baptiste et je ne peux plus m’empêcher d’imaginer un fugitif courant dans les rues depuis haha …

    J'aime

  6. Le blogue de Vicky…
    C’est pour ça que je ne regarde plus la télé…
    Plate à mourir!

    J'aime

  7. Pierre, je vais vous nommer mon ambassadeur officiel! Merci beaucoup (quel beau compliment en ce lundi matin)

    J'aime

  8. Je ne veux pas que vos lecteurs pensent que vous êtes seulement un petit moins plate que la télé…
    Je parle de vous sur mon blogue vendredi…

    Promis!
    Finies les folies comme disait mon petit… petit… petit cousin Pierre Elliott Trudeau.

    En passant, je ne suis pas président de son fan-club. Loin de là!

    On se repogne.

    J'aime

  9. Je viens de faire mon brouillon.
    Droit au but.
    Il paraîtra vendredi.

    J'aime

  10. Ping : Le blogue de Vicky… « Nos ancêtres

Les commentaires sont fermés.